Evasion...

Des citations, des billets d'humeur sur tout et rien...Mes miscellanées....

19 août 2010

L'histoire à l'endroit...

 

Il se passe quelques fois des événements curieux dans l'histoire des hommes et pour cet article je voudrai vous faire part d'infos, que l'histoire officielle passe souvent sous silence, sur l'émancipation des noirs aux États-Unis. L'histoire est capricieuse et les nuances nombreuses, il faut parfois rappeler certains faits et remettre l'histoire à l'endroit.

LINCOLN...

230px_Abraham_Lincoln_head_on_shoulders_photo_portraitLe parti Républicain, aujourd'hui considéré comme le monolithe du conservatisme, ce repère des « néo-con » n'a pas toujours eu une ligne de conduite aussi dure. En effet en 1858 un sénateur du nom de LINCOLN, encore inconnu de la plupart, prononça un discours mettant en évidence une probable désunion des états sur le problème de l'esclavage. Dés le début de son entrée en politique LINCOLN s'est démarqué par sa position anti-escalvagiste, mais avec des nuances (voir plus loin), il n'approuvait pas le droit de vote des noirs. Curiosité du temps ce sénateur va tout de même gagner les élections présidentielles de 1861 pour le compte du tout jeune parti républicain (1854). Autre curiosité il a gagné en s'étant associé avec un vice -président démocrate et... esclavagiste, Andrew JOHNSON. L'élection d'un président anti-esclavagiste va précipiter les États-Unis dans la guerre civile, mieux connue chez nous sous le nom de guerre de Sécession. LINCOLN ne changera pas de position pour autant et signera le 22 septembre 1862 un amendement proclamant l'émancipation des noirs. Donc pour ceux qui n'ont pas pris de notes, c'est bien un président républicain qui a signé le 13ème amendement mettant un coup d'arrêt à l'esclavage. LINCOLN disait « je me refuse d'être un esclave et je me refuse d'être un maître, c'est l'idée que je me fait de la démocratie ». Mais ne nous méprenons pas tout de même, cette volonté d'abolir l'esclavage n'a jamais été la priorité de LINCOLN. Cette idée a fait son chemin au fur et à mesure que la guerre de sécession se durcissait. Cette guerre devenue plus tard le symbole de l'abolitionnisme aux Etats-Unis, n'était en fait que la conséquence inévitable d'une vision économique différente entre les états du nord et ceux du sud. Deux élites s'opposaient, chacune pour défendre son mode de vie. Pour conclure ce billet sur LINCOLN et pour montrer que, comme tout politicien qui se respecte, il a surfé sur la vague de l'opportunisme qui le portait, en 1858 il déclarait lors de sa campagne pour le poste de sénateur de l'Illinois " Je ne suis- et je n'ai jamais été- pour l'instauration sur quelque mode que ce soit d'une égalité sociale et politique des races blanche et noire (applaudissements). Je ne suis pas non plus- et n'ai jamais été- pour que l'on accorde aux noirs le droit de vote ou celui d'être juré; pas plus que pour autoriser leur accession aux postes administratifs ou les mariages inter-raciaux...Aussi, comme tout cela leur est interdit et qu'ils doivent rester entre eux, il en découle qu'il doit nécessairement y avoir des supérieurs et des inférieurs. En ce qui me concerne, comme tout le monde, je suis favorable à ce que les blancs jouissent du statut de supériorité...". La guerre avait pour but de préserver l'union et non pas d'abolir l'esclavage. Wendell PHILLIPS, orateur et abolitionniste disait en 1862 " LINCOLN peut ne pas la souhaiter (la guerre), mais il ne pourra l'empêcher...Les noirs sont le grain de sable dans les rouages et la machine pourra redémarrer que lorsqu'on l'en aura retiré". Et oui le racisme était aussi bien ancré au nord que l'esclavagisme au sud (Howar Zinn). La légende a fait le reste. Enfin merci quand même Mr LINCOLN, vous l'avez payé très cher et où en serions nous aujourd'hui sans vous.

 

Autre curiosité du temps, le partie démocrate, plus ancien (fin XVIIIème), va se diviser en démocrates du nord ( modérés) et démocrates du sud ( esclavagistes) et ces derniers vont porter à la présidence des confédérés le démocrate Jefferson DAVIS. On se demande si l'histoire ne s'est pas trompée dans la transcription des faits; on se demande aujourd'hui comment peut-on être démocrate et esclavagiste??!!

GRANT...

Autre bizarrerie de l'histoire américaine assez peu connue chez nous. Ulysse Simpson GRANT le vainqueur de la guerre de Sécession, qui deviendra 180px_UlysseGrantle 18ème président des États-Unis pour le compte du parti républicain en 1868 et qui sera réélu en 1872 fera à l'image de LINCOLN ce qu'il pensait être juste pour son pays et les noirs américains. Fait surprenant et oublié, il signera en 1870 le 15ème amendement à la constitution donnant le droit de vote sans distinction de race. Cet amendement faisait suite a une courte période après la guerre civile où les noirs avaient obtenus le droit de vote malgré le véto répété du président Andrew JONHSON, successeur de LINCOLN après son assassinat. La loi fut bien évidemment diversement appliquée suivant les états, notamment dans le sud (JONHSON était originaire de la Caroline du Nord, donc sudiste et assumait pleinement ses positions esclavagistes, d'où ses vétos successifs). Lors de l'élection présidentielle de 1868 sept cent mille noirs votèrent; Grant l'emporta avec seulement trois cent mille voix d'avance, de là à dire que sans le vote des noirs il n'aurait pas été élu...  Cet amendement,comme les précédents, sera volontairement ignoré de la plupart, les états du sud signerons des lois d'application le rendant...inapplicable comme par exemple un test scolaire pour avoir le droit de vote ou le paiement d'une taxe. Tout ceci était bien sur inabordable à la majorité des noirs de l'époque. GRANT signera également en 1871 le Ku Klux Klan Act, rendant cette organisation hors la loi et de fait tombera en sommeil jusqu'à l'aube du XXème siècle. Malgré toute cette bonne volonté et ces bonnes âmes, la ségrégation raciale aura encore de beaux jours devant elle. Voilà les républicains comme je les aime.

KENNEDY...

Il faudra attendre 1961 et John F. KENNEDY pour que la tendance s'inverse, pour que les démocrates deviennent...des démocrates et les républicains...des républicains. KENNEDY fera les premiers gestes en faveur de la minorité noires. Lindon JOHNSON signera le 6 août 1965 le Voting Right Act donnant le droit de vote à tous les noirs malgré l'amendement de GRANT datant de 1870.

OBAMA...

200px_Official_portrait_of_Barack_ObamaMalgré l'élection de Barak OBAMA, tout ne semble pas absolument gagné puisque G. W. BUSH à signé le 27 juillet 2006 le prolongement  du Voting Right Act pour 25 ans. Et si dans 25 ans il n'était pas prolongé? Ce serait pas mal Mr OBAMA de graver ça dans le marbre.

Les préjugés ont la vie dure, sacrés américains.

 

Pour finir je vous conseille la lecture d'un excellentissime bouquin "une histoire populaire des Etats-Unis, de 1492 à nos jours" d'Howard ZINN (décédé hélas en janvier dernier). Ce livre est une pépite. L'auteur raconte la grande histoire de son pays mais en passant par celle des petits, des sans grades, du commun sans qui l'histoire serait souvent une page blanche. L'histoire officielle oublie volontiers le côté obscur des grands pour mieux construire la légende, ZINN remet les choses en place. 800 pages qui se dévorent avec grand plaisir.

Posté par OldTitus à 12:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Commentaires

    Etonnant

    Je ne connaissais pas cette "dérive" politique ! Mais cela ne m'étonne qu'à moitié étant donné que certains démocrates peuvent tenir des positions extrêmement dures...

    Posté par JSG, 19 août 2010 à 13:43

Poster un commentaire